Education à l'hygiène & Prévention des risques de contamination biologique

Préambule : les informations, valeurs, tableaux, graphes et questions présentées ci-dessous ne sont qu'une partie du sujet étudiée.
Certaines questions ne figurent pas dans le document support de l'activité mais ont été posées au cours des séances.

 

Les codes QR permettant d'accéder à trois vidéos d'intérêt pédagogique :

Omnipresence o 1

 

1ère partie : mise en évidence de l'omniprésence des micro-organismes

Résultats des manipulations :

Mee omnipresence o 1
Mee omnipresence o 2


Mee omnipresence o 3

 

Géloses "contact" contenant un milieu nutritif ordinaire apposées sur différents vêtements de ville, chaussures, trousse, blouse de laboratoire... Ou comment le microscopique devient visible à l'oeil nu et permet de comprendre la notion de "Bonnes Pratiques de Laboratoire" pour protéger la Communauté, le Manipulateur ainsi que la Manipulation de toute biocontamination.

Omnipresence vetements

 

Pour chaque milieu de culture, procéder de la façon suivante :

  1. observation : décrire le nombre de colonies totales présentes, le nombre d'aspects différents de colonies, et s'entrainer à décrire chaque colonie selon les critères usuels (taille, contour, aspect en coupe, surface, consistance, tranparence à la lumière, couleur, type)
  2. Interprétation : mettre en relation les observations précédentes avec le contexte de l'expérience
  3. conclusion : déduire des étapes précédentes des actions correctrices pour limiter l’impact de la flore microbienne sur les futures manipulations en microbiologi
  4. pour les boites 8 et 9, il est possible d'effectuer un dénombrement et de la ramener à une surface parfaitement définie. Quelle particularité de ces boites permet d'effectuer ce calcul (dont le résultat peut ensuite êter comparé à une norme) ?

Boites contact

 

2ème partie : simulation d'une transmission de micro-organismes fécaux

  • Chaque binôme prépare 1 ou 2 ou 3 ou 4 feuilles de papier hygiénique (en préparer deux jeux).
  • Un élève du binôme revêt un gant à usage unique et enveloppe 3 doigts de papier hygiénique avec sa(ses) feuille(s) de papier hygiénique puis applique pendant 5 secondes exactement les trois doigts sur la culture de la bactérie Serratia plymuthica (classe 1)
  • Immédiatement après, les doigts sont lavés dans 10 mL d'eau physiologique stérile (à verser du flacon vers la boite de Pétri stérile).
  • Le gant est enlevé en suivant les instructions de la fiche INRS ou via le code QR, puis jeté dans le sac à autoclave.
  • Un volume de 0,1 mL de la solution de lavage est prélevé à la pipette graduée stérile puis déposé à la surface d'une gélose GTS.
  • Immédiatement, un étalement en surface avec des billes de verre stérile (méthode dite "Copacabana") est réalisée (cf. démonstration).
  • Les billes de verre sont récupérées à la pince et déposées dans un bécher contenant de l'eau de Javel fraiche, tout comme la pince en fin de récupération des billes.
  • Incuber chaque boite 48 h à 25 °C et à l'abri de la lumière, conditions optimales pour la production d'un pigment rouge (la prodigiosine) caractéristique de cette bactérie.
  • Le second élève du binôme réitère la procédure mais sans porter de gants.
  • Dans chaque cas, un lavage soigneux des mains au savon désinfectant sera réalisé après la manipulation.

Résultats : à venir 

 

3ème partie : mise en évidence d'une transmission en chaine de micro-organismes

Après immersion d'une main d'élève (patient "0", source de la contamination) dans un mélange faine/levure de boulanger, la main a été serrée avec la main d'un second élève, et ainsi de suite.
Pius chaque élève à posé la paume de sa main à la surface d'un milieu nutritif gélosé sélectif des levures (Sabouraud additioné de chloramphénicol).

Les levures transmises de main à main sont visibles, après 36 h de culture à 37 °C, sous forme de colonies blanches :

"Patient 0"

Patient 0

 

"Patient 1"

Patient 1

 

"Patient 2"

Patient 2

 

"Patient 3"

Patient 3

 

"Patient 4"

Patient 4

  1. Que peut-on observer sur chacun des milieux de culture après incubation ?
  2. Les résultats permettent-il de mettre en évidence un mode de transmission ? Si oui, lequel ?
  3. Comment se prémunir d'une telle transmission ?

 

En conclusion, une vidéo présentant les travaux d'Ignace Philippe Semmelweis médecin obstétricien qui démontra l'utilité du lavage des mains après la dissection d'un cadavre et avant d'effectuer un accouchement. Il démontra également que le lavage des mains diminuait le nombre des décès causés par la fièvre puerpérale des femmes après un accouchement.


4ème partie : limiter/éliminer les micro-organismes indésirables

Cette activité fait suite à celle mettant en évidence l'omniprésence des micro-organismes et la facilité de transmission manuportée

Organigramme des manipulations :

Limiter les o

 

Résultats des manipulations :

Paillasse non traitée :

Img 20161122 125407

 

Paillasse traitée avec un chiffon papier imprégné d'eau distillée (action mécanique uniquement)

Img 20161122 125413

 

 

Paillasse traitée avec un chiffon papier imprégné d'eau de Javel, en pissette (action mécanique + chimique) :

Img 20161122 125417

 

 

Paillasse traitée avec un chiffon papier imprégné de spray détergent/désinfectant (action mécanique + chimique) :

Img 20161122 125422

 

1. Procéder à la description de l'aspect macroscopique des colonies.

2. Procéder au dénombrement des colonies sur chque boite.

3. Ramener la valeur du dénombrement à 1 m².

4. Comparer les résultats obtenus.

5. En déduire les mesures à mettre à oeuvre avant et après manipulation concernant l'entretien de la paillasse.

6. Quel produit, de par son efficacité et son conditionnement, semblent le plus adapté. Justifier.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 11/06/2017

×