Les stars du labo

Les kits de diagnostic sérologique

05 kits diagnostic

La "star des labos" de cette semaine : les kits de diagnostic sérologique.

La sérologie consiste en l'analyse des sérums, de manière à rechercher une infection (récente ou ancienne) d'un agent pathogène, soit en recherchant directement celui-vi (à l'aide d'anticorps spécifiques) soit en recherchant la présence d'anticorps produits par l'organisme en réaction à sa présence.

La mise en évidence du complexe antigène-anticorps ainsi formé peut être révélée de différentes manières, de manière visuelle, plus ou moins facile à lire ou interpréter.

L'analyse peut être uniquement qualitative, c'est à dire qu'on va se contenter de rechercher l'antigène (ou les anticorps correspondants) mais également quantitative ; des dilutions du sérum à tester permettent de définir une dilution limite (ou une concentration limite) au delà de laquelle le phénomène traduisant la formation du comlexe Ag-Ac n'est plus visible. La comparaison de cette dilution limite (ou concentration limite) avec des normes permet de définir le statut sérologique voire de dater l'infection.

L'avantage de ces kits prêts à l'emploi (hormis les consommables) est de fournir tous les réactifs nécessaires à la validation de la procédure (témoin positif, témoin négatif, de spécificité, d'efficacité).

Ici, le kit de diagnostic de la syphilis, provoquée par la bactérie Treponema pallidum (ou tréponème pâle).

Il contient un diluant qui n'interfère pas avec la recherche, un "contrôle" positif (antisérum humain contenant des anticorps spécifiquement dirigés contre T. pallidum), un "contrôle" négatif (sérum de lapin), des globules rouges test (hématies sensibilisées par des antigènes de T. pallidum) et des hématies "contrôle" (non sensibilisés)

Les microtubes

04 microtubes hd

La "star du labo" de la semaine, c'est.... le microtube ;)

On qualifie de microtube un tube en polypropylène (une matière plastique) à usage unique dont la contenance est inférieure à 2 mL. Les plus petits d’entre eux, utilisés pour mener les réactions de PCR (Polymerase Chain Reaction ou, en français, Amplification en Chaine par Polymérisation, soit ACP), ont un volume nominal de 200 µL. Autant dire qu’il ne faut pas des pattes d’ours pour les manipuler ! Les modèles avec capuchon à clipser sont particulièrement pratiques puisqu’il est possible de les ouvrir d’une seule main, avec le pouce, tout en veillant à ne pas le faire trop brutalement sous peine de créer des aérosols. Les modèles à capuchon à visser offrent une fermeture plus étanche.

Autoclavables, supportant les très basses températures, incassables (sauf à marcher dessus !), résistants à de nombreux solvants organiques, ils sont réellement multifonction : biochimie, biologie moléculaire, microbiologie…

Anecdote : la marque la plus connue étant « Eppendorf », un glissement sémantique fait que l’on appelle communément « Eppendorf » un microtube quelle que soit la marque, tout comme « Frigo » (abréviation de Frigidaire, une marque disparue de réfrigérateur, ou encore Sopalin, célèbre marque d’essuies-tout). Ils sont également très prisés des tireurs utilisant de la poudre noire, chaque dose de poudre, pesée et préparée à l’avance, permettant un énorme gain de temps (et de sécurité) lors du remplissage des chambres des barillets de revolvers des années 1850-1860 –ou plus anciens !-

En savoir plus : http://coulissesdelaboratoire.djehouti.com/Histoire-TUBES.html

La dispensette

42611607 1232210520252541 6447468926090608640 n

La "star des labos" de cette semaine est ... le distributeur sur flacon ou "dispensette" ;)

Si certains y voient une amélioration de la doseuse à Pastis, la dispensette est bien plus que cela ! 
Doté d'un mécanisme complexe (piston, cylindre, affichage digital ou analogique quand il n'est pas fixe), adapté aux différents types de solutions à verser (acides, bases, solvants organiques...), parfois autoclavables, pouvant être dotées de filtres évitant la contamination du liquide contenu dans le flacon, la dispensette assure une bonne répétabilité des volumes distribués (si correctement utilisée) et une augmentation considérable de la productivité dès lors que la distribution d'un volume devient un geste répétitif, ce qui justifie son prix d'achat, élevé !
L'essayer c'est l'adopter, et quand on y a "goûté".... difficile de s'en passer ^^

La pipette à piston

02 pipette a piston

Cette semaine, la "star" des labos est.... la pipette à piston ;)

-Ni micropipette (car 1) c’est le nom anglais et 2) il ne faut pas un microscope pour la voir !)

-Ni pipette automatique (il ne suffit pas d’un regard pour qu’elle prélève un liquide !),

son nom d’usage réglementaire, le seul et l’unique est « pipette à piston » ;)

Jusqu’en 1957, le pipetage de petits volumes liquides se faisait à la bouche. Technique lente, voire dangereuse, matériel fragile (fins capillaires de verre)… autant de raisons qui ont poussé Heinrich Schnitger, en 1957, à concevoir une pipette contenant un ressort assurant le retour d’un piston pour prélever des petits volumes de façon plus exacte qu’avec les pipettes habituelles.

Si les premiers modèles étaient à volume constant (non réglables), des modèles à volume variable puis multicanaux (voir photos) sont apparus, permettant un pipetage bien plus rapide et répétable. Toutefois, Heinrich Schnitger ne profita pas du succès de son invention, puisqu’il mourut par noyade en 1964, avant la diffusion mondiale de sa pipette.

Du haut vers le bas : des exemples de pipettes dans notre labo : pipette à piston à volume variable, pipette à piston à volume fixe, pipette à piston multicanal à volume variable.

Pour en savoir plus :
https://www.chemistryworld.com/opinion/schnitgers-pipette/7789.article

https://www.iso.org/obp/ui/#iso:std:iso:8655:-2:ed-1:v1:fr

http://enewsbv.gilson.com/france/enews/Guide_du_Pipetage-FRweb.pdf

Serratia marcescens

Serratia 1

En 322 avant Jésus Christ, un récit mentionne que l'armée d'Alexandre le Grand aurait été témoin de la présence de gouttes du sang sur du pain. Mais c'est en 1263, lors de la célébration d'une messe dans la ville de Bolsena qu'un fait similaire sera à l'origine de l’authentification du miracle suivant pa rle pape Urbain IV : un "liquide" rouge se serait écoulé d'une hostie au moment de l'eucharistie !
Il est couramment admis (enfin, par les scientifiques) que ces phénomènes (et d'autres, voir plus bas) furent dus à la croissance de cette bactérie se développent facilement sur le pain ou la polenta, et produisant un pigment rouge nommé prodigiosine (on se demande pourquoi :D !)

Pour en savoir plus : 
https://scalenis.wordpress.com/…/comment-une-bacterie-sinv…/

http://www.linternaute.com/…/magaz…/dossier/miracles/4.shtml